Michel – CHASSE A COURRE

Publié le par germe-morbihan

Lors d'une chasse à courre de cerf - notre équipage chasse exclusivement le cerf-, nous parcourons à cheval, selon les parcours des animaux chassés, 40 à 60 kms en moyenne, restant ainsi à cheval de 4 à 7h (bien évidemment sans discontinuer). Chaque jour de chasse nous montons à cheval à 11h15. (En décembre il fait nuit vers 17h30!)
Cette saison -qui vient de s'achever le 31 mars- nous avons chassé 56 fois. (Nous chassons 2 fois par semaine). Ainsi avons-nous sans doute parcouru plus de 2500 kms à cheval en chassant et avons-nous passé entre 350 et 400h à cheval, par tous les temps et sur des sols souvent détrempés cette année. C'est dire si la complicité entre le cheval et son cavalier doit être forte.
Pendant la chasse, le cavalier veneur "oublie" qu'il est à cheval, tant il est familiarisé avec ce "moyen de transport". Pendant toute la chasse le veneur est concentré sur son objectif : bien entendre ses 35 ou 40 chiens qui chassent, pour bien les accompagner et intervenir si nécessaire. Le veneur fait ainsi totalement confiance à son cheval qui doit le conduire, à bonne allure et en toute sécurité là où sont les chiens (par les allées cavalières ou routes forestières et non en sous-bois).
Cheval et veneur, nous ne faisons qu'un; nous devons tous les deux aimer chasser de la même manière; l'entente doit être parfaite. Ayons bien conscience qu'un parcours de chasse est plein d'imprévus : l'animal de chasse n'a pas fait connaître préalablement son parcours!! On peut ainsi se trouver devant de gros obstacles, notamment de larges fossés!
La confiance doit être réciproque entre les 2 acteurs. Lorsque l'on change de cheval on le ressent bien; il y a un temps d'adaptation de l'un à l'autre. Chaque cheval a ses propres émotions; le cavalier doit les interpréter pour s'y adapter. Chaque tempérament doit être pris en compte.
La veille d'une chasse, le cheval "sait" qu'il va à la chasse; je crois qu'il le sent dès que l'on effectue son pansage; (au rendez-vous de chasse un cheval doit toujours avoir une présentation irréprochable - comme sur un terrain de concours hippique ou aux courses).
Le cheval se prépare à sa journée du lendemain; il est souvent stressé, à tel point que le matin de chasse c'est le seul jour où certains chevaux ne terminent pas leur ration dans leur mangeoire.
A la fin de la chasse, quand on retraite (=quand on rentre au RV d'où nous sommes partis à 11h15 et où ont été laissés les vans et les camions), le cheval est gai et allant; même si nous avons 10 kms de retraite au pas, le cheval s'en va bien, malgré les 40 ou 60 kms de la chasse! Car le cheval a compris que sa journée "de loisir" est terminée et qu'il va ensuite rentrer à la maison se reposer, ...jusqu'à la prochaine chasse.
 
Quelles similitudes entre les qualités attendues de son cheval par le veneur et celles du manager ?
- adresse /précision
- endurance et courage / engagement sur le long terme et courage dans le maintien des objectifs
- sagesse/ calme, courtoisie
- volonté / opiniâtreté et volonté de ne pas refuser la difficulté
- obéissance / respect du cadre fixé par la hiérarchie
- connivence et passion (pour la chasse) / passion (pour son métier)
- rusticité / rester soi-même : comportement naturel et non surfait


 (Photo : Salon international Chasse Pêche Nature en Cévennes)

 

(Photo : Salon international Chasse Pêche Nature en Cévennes)

(Photo : Salon international Chasse Pêche Nature en Cévennes)

Publié dans Témoignages

Commenter cet article