Patricia - adhérente Germe

Publié le par Bernard Veys Germe Morbihan

patricia.pngJ’ai passé une demi-journée au haras de Cazeau  pour découvrir un extrait du programme proposé dans le cadre de Cheval Miroir avec Transhumance accompagnement.
Tout d’abord, il est important de spécifier qu’il n’est pas nécessaire d’être cavalier pour suivre cet atelier, bien au contraire, une méconnaissance de l’animal peut être un avantage. Travailler en séance « d’équi-management », ce n’est pas monter sur un cheval et adopter la posture du cavalier mais développer une relation avec cet animal en résonnance avec le développement personnel et interpersonnel.  Il est alors question de la relation à l’autre, d’empathie et d’assertivité.
J’ai vécu ce jour-là une expérience inoubliable qui m’a permis de comprendre un point essentiel concernant mon management et par extension un trait de mon caractère pouvant parfois être déstabilisant pour mes équipes.
Connaître son objectif et le définir clairement à l’autre, cela peut paraître étrange mais cette heure passée en centre du manège, avec, à la main une longe qui n’était pas attachée au cheval, a dévoilé ce manque de précision que j’ai parfois lorsque je fixe des objectifs et que je dois les exprimer.  
Lors de cette séance, le silence était de rigueur et seul le corps devait s’exprimer : le langage de mon corps s’adressant à celui du cheval.  La précision de mes gestes, mon attention et mon écoute à l’autre ont permis de faire passer le cheval d’une allure à une autre : pas, trop galop,  de réaliser des changements de direction tout en respectant le cercle imposé par le manège.
Lorsque le travail fut terminé, une autre rencontre a pu avoir lieu : le cheval est venu naturellement me voir et me toucher.
J’ai vécu cette expérience de façon isolée mais je pense sincèrement qu’il est aussi intéressant de le vivre en équipe et en consacrant un temps important au bilan de la séance en manège (mais au fait manège et management, ne serait-ce pas la même famille de mot ?)

Publié dans Témoignages

Commenter cet article