Roland GUINCHARD

Publié le par germe-morbihan

Psychologue clinicien, psychanalyste, conférencier et accompagnateur d’équipe de direction auteur entre autres de « Personnalités difficiles ou dangereuses au travail », Roland Ginchard signe la préface du Livre “communication professionnelle et management, et si vous en parliez à votre cheval” de Guillaume ANTOINE et qui sera prochainement en librairie.

Le jour ou un cheval m'a murmuré à l'oreille.
J'ai toujours eu un problème avec l'autorité, et cette question m'amena à fréquenter les divans freudiens durant une petite quinzaine d'années avant d'en faire une profession. Pour cette raison, et beaucoup d'autres, je m'en suis trouvé bien, pouvant régler là quelques vieilles affaires en suspens pour cause de refoulement, mon inconscient prenant cependant bien soin qu'on ne touchât pas à cette générique question de l'autorité. Il paraît que c'est toujours comme ça : on est prêt à dépenser des fortunes pour ne pas toucher aux vrais problèmes. Dans ces cas-là " ce qui est forclos du symbolique, fait retour dans le réel " disent les psychanalystes, ce qui signifie plus simplement qu'à force de ne pas traiter le problème, il vous revient en pleine gueule. On appelle ça aussi le destin.
Il apparut, ce destin, sous la forme d'une invitation à participer à une rencontre d'études sur les "possibilités ouvertes par l'éthologie équine à la pédagogie de l'autorité et à la communication non verbale". J'aurais dû fuir, je ne l'ai pas fait et je ne le regrette pas.

Car la rencontre valait son pesant de picotin.
Après un peu d'incrédulité, puis d'étonnement, ayant reconnu en moi l'étincelle d'un intérêt avéré pour ce qui était énoncé, je me suis retrouvé dans un "rond" tracé dans le sable face à un cheval fort impressionnant mais très calme que je devais tenter de faire venir vers moi, de son plein gré, sans l'attacher d'une quelconque façon.
Évidemment malgré le briefing attentif des moniteurs, la démonstration de départ et l'accompagnement infiniment rassurant, je n'y suis pas arrivé, ni en usant de gentillesse, ni en usant de fermeté... essentiellement parce que mon vis à vis à quatre pattes semblait ne réagir et répondre qu'à des choses venant incontestablement de moi, mais qui m'échappaient complètement.
Il se trouve que je suis habitué à ce phénomène d'un "inconscient qui échappe", la preuve : c'est mon boulot. Mais jamais je n'avais rencontré un interlocuteur aussi peu bavard, qui fut capable de traduire ma question d'autorité en temps réel, sans erreurs, sans violence ni agressivité, attendant patiemment que je les entende à mon tour pour venir vers moi et me dire à l'oreille (interne) des choses simplement bouleversantes

Me permettant de dépasser tout respect de façade et accédant à la vraie bienveillance, le cheval m'a dit simplement que nous pouvions cesser de nous comporter comme de terrifiants sauvages de bonne foi.
Roland Guinchard - http://www.personnalites-difficiles-ou-dangereuses-au-travail.com/l-auteur/

Roland GUINCHARD

Publié dans Avis d'experts

Commenter cet article