Quelle différence entre un cheval et un CHOEUR ?

Publié le par germe-morbihan

Lorsque la complicité, le respect et l’écoute mutuels se vivent entre le cavalier son cheval alors ils deviennent efficaces. Dans un tout autre domaine, celui qui consiste à conduire un chœur, j’ai observé des mécanismes très similaires. Lorsqu’un participant prend la direction du chœur, alors même qu’il est inexpérimenté dans ce domaine puisque le séminaire porte sur la question de son leadership,  il se passe des choses étonnantes.
Le chœur va chanter exactement de la manière dont celui qui dirige exprime son intention, que cela soit visible ou non, conscient ou non.
Il n’y a en fait très peu de filtre mental dans ce jeu du chef d’orchestre. La manière de chanter du chœur est le miroir sans fard de ce qu’exprime son chef. Cette situation est très riche en enseignements, à la fois pour celui qui dirige que pour ceux qui chantent. Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné il y a eu de l’émotion, du plaisir, de la joie, de l’énergie, ou pas ?  La réponse commence par la qualité d’observation calme et tranquille de ce qui s’est passé. Être attentif à notre ressenti et le nommer à celui qui a dirigé permettra à ce dernier de mieux se connaître.
Cette pratique très concrète - car proche de ce que nous vivons - et ce partage permettent de mieux se connaître en tant que leader et aussi de développer la confiance et le soutien mutuel au sein de l’équipe.

Tanguy Lunven, chef de chœur, accompagnateur du changement - www.tanguylunven.com

 

Publié dans Clins d'oeil

Commenter cet article